L’enseignement du jazz et des musiques actuelles amplifiées

John : « Et Strawberry Fields Forever, alors, premier ou deuxième cycle ?  ».
Miles : «  Plutôt en deuxième cycle, il y a une neuvième bémol dans la mélodie, quand même. »
John : « Ah ouais… »
Miles : « Tu vois, j’ai écrit Freddie Freeloader  pour que les élèves puissent commencer à jouer ma musique dès le premier cycle. »
John : « Très fort… »

Au sein de l’ADEJ, nous souhaitons mener une réflexion sur les relations que peuvent entretenir le jazz et les musiques actuelles amplifiées (MAA) dans le cadre de l’enseignement en école de musique.

Certaines connexions, passerelles existent déjà, d’autres sont à construire. De nombreuses expériences sont en cours sur tout le territoire, parfois depuis de nombreuses années. L’étude rédigée par Bob Revel en 2012 est un document de référence sur ce sujet :

Etude sur l’enseignement des musiques actuelles par Bob REVEL

Une première approche de réflexion consiste évidement à aller à la rencontre des différents acteurs de ces expériences : directeurs de structures, enseignants de ces disciplines ou d’autres disciplines, mais aussi élèves, régisseurs, administratifs, etc. Chacun peut apporter sa vision et sa pierre à l’édifice.

Quels domaines aborder lors de ces entretiens ? Je souhaite ici, déjà, exposer quelques problématiques qui me semblent fondamentales.

  • Comment sont perçus le jazz et les MAA dans les conservatoires ?
  • Comment ces esthétiques sont elles pratiquées aujourd’hui ? Quelles places pour l’oral et l’écrit ?
  • Dans quelles mesures les origines de ces esthétiques sont-elles communes ? Peut-on s’appuyer sur ces origines pour envisager des passerelles entre les disciplines ?
  • Des expériences de cursus communs existent, qu’est-ce qui fonctionne ? Qu’est-ce qui ne fonctionne pas ?
  • Comment envisager ces questions dans le cadre de la formation musicale ?
  • D’autres esthétiques questionnent nos pratiques (musiques du monde, musiques traditionnelles, etc.). Comment intégrer notre réflexion dans une vision plus globale des pratiques actuelles de la musique ?

Laisser un commentaire